E-magazine Via

E-magazine Via

Vous allez être redirigé vers InsureMyTesla, une assurance unique spécialement conçue par Touring Assurances pour les conducteurs de Tesla.

MOTO

Retour au sommaire


Remonter les files à moto : que dit le législateur?

Remonter les files à moto : que dit le législateur?

Se rendre en ville en voiture est très difficile aux heures de pointe. Motos et scooters se faufilent entre les voitures. Est-ce bien permis ?

Tous les jours de la semaine, motos et scooters se créent un chemin entre les files de voitures pour se dégager des embouteillages. Une pratique qui a le don d’énerver certains automobilistes. Pour ceux qui pourraient en douter, cet usage est parfaitement légal depuis septembre 2011. La Belgique est d’ailleurs citée en exemple pour ses dispositions légales en la matière. 

L’exemple belge

En janvier 2013, plusieurs médias français s’exprimaient sur « l’intelligence des autorités belges » concernant l’autorisation légale pour les motards de remonter les files d’embouteillage.

C’est en septembre 2011 que « la loi Schouppe », - du nom du secrétaire d’Etat à la mobilité en place à l’époque-, est mise en application. Elle porte sur deux points relatifs à la mobilité des deux roues.

1. Remonter les files

A partir du 1er septembre 2011, les motocyclistes sont autorisés à remonter les files à condition de ne pas dépasser les 50 km/h et que la différence de vitesse avec les autres véhicules qu’ils dépassent ne soit pas supérieure à 20 km/h. Les motocyclistes qui veulent passer entre les voitures qui roulent lentement ou sont à l’arrêt doivent pour ce faire emprunter l’espace entre les deux bandes de circulation les plus à gauche.

2. Bandes bus

A partir du 1er septembre 2011 également, les motos peuvent emprunter les bandes de circulation réservées aux bus à conditions que le mot BUS soit clairement inscrit sur la bande en question (marquage au sol) et que celle-ci soit annoncée après chaque carrefour par un signal F17 ou un panneau additionnel portant l’icône d’une motocyclette". 

Un élément qui a plaidé pour la mise en application de la loi Schouppe : la remontée de files pour les motards génère très peu d’accidents graves.

La loi Schouppe ne s’est pas arrêtée là puisqu’elle s’est penchée sur d’autres aspects allant dans le sens d’une meilleure sécurité pour les utilisateurs de deux-roues, et notamment l’équipement. Dorénavant les motards doivent porter des vêtements de protection. Outre un casque, ses vêtements de protection se composent de gants, d’une veste à manches longues et d’un pantalon long ou d’une combinaison. Les chaussures – bottes ou bottines – doivent protéger les chevilles. Une excellente mesure qui évitera bien des lésions irréversibles aux inconscients qui roulent à moto en short, t-shirt et baskets.

Avant de slalomer, quelques conseils !

C’est naturellement en ville que les motards ont le plus tendance à remonter les files car celles-ci sont plus fréquentes. Cela ne veut cependant pas dire faire n’importe quoi. Remonter les files à moto demande de l’habitude et de la concentration. Ici, le principe « voir et être vu » prend tout son sens. En tant que motard, et dans le cadre d’une conduite préventive :

  • Vérifiez que vos phares sont bien allumés.
  • Dans le flux de la circulation, observez bien le comportement des automobilistes que vous doublez (roues tournées, intentions peu claires de passer d’une bande à l’autre.).
  • Essayez de capter les regards des automobilistes dans les rétroviseurs pour vous assurer qu’ils vous ont repéré.
  • Positionnez vos doigts sur le frein et l’embrayage, votre pied sur le frein, afin de pouvoir réagir plus vite en cas de besoin.
  • Utilisez vos clignotants pour changer de file et dépasser ou laissez allumés vos 4 clignoteurs si votre moto est pourvue de cette option.
  • Ne dépassez pas par la droite.

Passer du 4 roues aux 2 roues : tentant non ?

En 2011, la  Fédération belge de l’automobile et du cycle (FEBIAC ) a fait réaliser une étude. Son objet : Que se passerait-il si un grand nombre de voitures étaient remplacées par des deux-roues sur les principaux axes rentrant sur nos grandes villes ?

Il en ressort les points suivants :

  • Si 10% des automobilistes passaient de la voiture à la moto ou au scooter sur le trajet domicile-travail, cela engendrerait une diminution de 40% des files.
  • Avec 10% d’automobilistes convertis en motards, le gain de temps serait de 63% avec "seulement" 706 heures de files par jour.
  • A l'échelle de tout le réseau routier, l’économie de temps pourrait aller jusqu'à 15.000 heures par jour !