E-magazine Via

E-magazine Via

Vous allez être redirigé vers InsureMyTesla, une assurance unique spécialement conçue par Touring Assurances pour les conducteurs de Tesla.

HABITATION

Retour au sommaire


Première expérience en kot ? Conseils utiles et pièges à éviter

Première expérience en kot ? Conseils utiles et pièges à éviter

Votre enfant quitte le cocon familial pour se rapprocher de l’université ? Quels sont les différents types de kot ? Comment opérer le meilleur choix ?

Un kot aux goûts de votre enfant 

Budgets et goûts différents ? Il existe un grand nombre de logements estudiantins qui devraient répondre aux besoins et envies de votre enfant :

  • Un kot individuel (20 à 30 m2) comprend généralement une chambre multifonctions (lit, bureau, coin cuisine). Les toilettes sont souvent à partager sur le palier.
  • Dans un kot communautaire, l’accent est mis sur le partage et le vivre-ensemble. La cuisine est ouverte à tous, ce qui permet de belles rencontres mais génère aussi quelques contraintes, comme le partage des tâches ménagères. La colocation permet de réduire les frais et de se faire des amis.
  • Un studio offre un plus bel espace de vie. Il est entièrement privé et comprend, tel un appartement, ses toilettes, sa salle de bain et sa cuisine.
  • Votre enfant préfèrera peut-être loger chez l'habitant. Le propriétaire habitant l'immeuble, l’entente est précieuse et l’agitation moindre en général. Les conditions de visites sont à convenir avec lui.

Que l’on parle de logement partagé et/ou individuel, le budget reste élevé. Selon le lieu et les commodités, le loyer mensuel peut varier de 200€ à plus de 500€. L’offre de kots se trouve surtout dans nos grandes villes universitaires.

Une alternative très sympathique se taille une place dans le cœur des jeunes : l’habitat intergénérationnel. Juniors et séniors partagent le même toit mais aussi la vie quotidienne. C’est très rassurant pour les parents, surtout lors d’une 1ère expérience d’indépendance.

Dénicher le bon logement… voire le bon colocataire

Plusieurs portails vous facilitent la recherche du kot en communauté et/ou du colocataire idéal.

Les portails de kots ou de colocations listent leurs bonnes adresses et livrent leurs conseils. Vous pouvez aussi vous adresser à des agences immobilières. Ou aux services de logement de l’université que votre enfant fréquente.

Amusant, certains portails prennent des allures de sites de rencontres, mettant en avant le profil de la personne, puis celui du bien. Voici matière à réflexion :

  • Mon voisin de chambre ou de palier aura-t-il mon style de vie ?
  • Est-ce possible d’étudier à plusieurs ?
  • Comment s’assurer d’une bonne colocation ?
  • Qui sera le preneur de bail ? 

Conseils praticojuridiques 

  • 1ère règle de prudence ; ne payez jamais d’acompte sans avoir visité le kot de votre enfant. Surveillez la conformité des installations (sécurité, salubrité…)
  • De manière plus générale, méfiez-vous des ‘scammeurs’, les professionnels de la fraude sur internet. Comment les repérer ? Leur offre est trop belle pour être vraie. Vous ne pouvez voir les lieux et devez payer l’acompte avant d’avoir les clefs.
  • Louer de particulier à particulier, c’est possible mais lors d’un changement d’étude et d’école, il vous faudra trouver un autre locataire.
  • Lisez avec soin l’état des lieux et le bail. Points d’attention : la durée, la garantie locative et les conditions… En cas de colocation, le plus prudent est que le bail soit signé par chaque occupant. Sinon, faites rédiger un pacte de colocation reprenant les devoirs et les engagements de chacun.
  • Prenez une assurance logement qui couvre la responsabilité civile de votre enfant.

Et puis, coupez le cordon !  Un peu du moins…